Optimiser la gestion de vos transports pour réduire votre empreinte carbone

Dans le monde du transport de marchandises et de la logistique, les enjeux environnementaux sont devenus cruciaux. La crise sanitaire du Covid-19 a bouleversé l’économie et relégué provisoirement ce thème au second plan, mais il reste essentiel. Voici quelques pistes pour baisser l’empreinte carbone liée aux déplacements des véhicules de transport.

L’importance de réorganiser la chaîne logistique

Aujourd’hui, l’une des mesures adoptées par la majorité des transporteurs pour tenter de réduire l’impact carbone de leur activité est d’optimiser le taux de remplissage des camions. Mais il existe encore une marge de progression importante et de nombreux leviers ne sont pas encore utilisés pour réduire les effets néfastes sur l’environnement. Actuellement, il devient crucial de réorganiser la chaîne logistique. Plusieurs pistes peuvent être suivies comme la mutualisation des véhicules, les véhicules alternatifs ou les aides de l’Ademe avec  le programme Fret 21 qui accompagne les transporteurs dans cette démarche.

Les solutions existantes

Optimiser la gestion de vos transports pour réduire votre empreinte carbone

Une des solutions visant à réduire l’empreinte carbone consiste pour les transporteurs à s’orienter vers les outils de  manutention légère. Il s’agit de dispositifs et de matériaux particuliers, employés pour conditionner, transporter et stocker des marchandises. Ce sont la plupart du temps des produits réutilisables ayant un impact limité sur l’environnement. Ces outils permettent aussi un gain de temps pour l’expédition des marchandises. Le copolymère PS-PE est par exemple utilisé, tout comme des palettes et tasseaux. L’idée est de proposer moins d’emballages non essentiels (flocons de polystyrène ou films plastiques) et des matières qui ne soient pas néfastes pour la planète. Utiliser des ressources provenant de matières recyclées permet également de diminuer les coûts.

Les aides destinées à encourager le développement durable pour les entreprises

Les entreprises peuvent agir en premier lieu sur le mode de déplacement de leurs salariés. C’est le but des Plans de Déplacement des Entreprises (PDE). L’idée est de parvenir à une optimisation des déplacements professionnels et de réduire la place de la voiture en favorisant le vélo. L’ADEME peut soutenir les entreprises pour développer un PDE dédié. Des aides financières peuvent être accordées permettant de créer une indemnité kilométrique pour les vélos ou acheter des deux roues propres. L’ADEME peut aussi encourager le renouvellement des véhicules grâce à un bonus écologique et ainsi acheter des voitures moins polluantes comme des hybrides ou des véhicules électriques.

En avril 2020, avec la crise du Coronavirus, un plan d’aide de 20 milliards d’euros de participation de l’État a été voté. Le but est de préserver avant tout des emplois. L’idée est également que les entreprises qui perçoivent ces aides conservent leurs objectifs de réduction de leur empreinte carbone, toutefois aucune contrainte n’a été fixée. Certaines associations écologiques regrettent que l’exécutif n’ait pas fixé un cadre plus strict. Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie a indiqué qu’il y aura des séries de « conditions » pour les sociétés soutenues : « un effort de redressement et de compétitivité » et « une politique environnementale ambitieuse ».

empreinte carbone transports